Stratégie liée au navigateur / client web

Comparez 5 devis réseau informatique

Selon les propres prévisions de Microsoft, 50% des applications seront demain hébergées sur le Cloud et 75% des nouveaux usages proviendront d'applications web. Les conséquences de ce basculement du centre de gravité en direction du Cloud font que le client web devient logiquement l'application cliente par défaut. Deux implications en découlent :

- Pour l’entreprise qui consomme des services Web, un mauvais navigateur entraîne une dégradation des fonctions ou rend tout simplement inaccessible une nouvelle application dans un cas sur deux.

- Pour un fournisseur de services : l’optimisation de son offre pour un navigateur donné risque de limiter la taille de son marché potentiel aux seuls utilisateurs de cet outil.

La concurrence de plus en plus forte que se livrent les différents éditeurs de navigateurs pour PC conduit à une accélération du rythme de renouvellement des navigateurs mais également à une divergence croissante de leurs socles techniques. Les moteurs des navigateurs se diversifient (WebKit, Gecko, Trident) et les différences d’implémentation d’un même moteur font que le rendu d’une application risque souvent de diverger plus ou moins fortement sans qu’il soit possible de prévoir ou de prévenir à priori ce problème pour un développeur.

C’est ce qui explique que la seule façon de s’assurer de l’homogénéité d’une application Web consiste aujourd’hui à réaliser son codage en Flash ou via Silverlight.

Même si beaucoup placent leurs espoirs dans HTML 5, y compris Microsoft qui cherche à promouvoir l’idée d’un « same markup » (codage identique) permettant un rendu identique d’une application entre différents navigateurs, il n’en reste pas moins que la spécification de ce futur standard ainsi que son implémentation dans les navigateurs prendra au mieux plusieurs années.

La multiplication des plateformes

Si le navigateur du PC représente aujourd’hui l’outil privilégié permettant de consommer un service Web, il n’en reste pas moins que la croissance la plus importante se situe du côté des nouvelles plateformes que sont le mobile, les tablettes, les netbooks, la télévision, les consoles de jeux, les objets intelligents…

Certaines de ces plateformes seront adoptées pour des usages professionnels, c’est clairement le cas du mobile et sans doute des tablettes ce qui impactera donc la réflexion stratégique de l’entreprise concernant son ou ses navigateurs. On notera que Microsoft n'est que peu présent, ou en perte de vitesse en 2010 sur ces plateformes.

L’éditeur est également dans une posture peu favorable dans les pays émergents de la zone BRIC (Brésil, Inde, Russie et Chine) qui vont connaître la croissance la plus forte du nombre d’internautes dans les années à venir.

Avantages et inconvénients des méthodes de développement de Microsoft

Microsoft est toujours sur une philosophie de développement et de cycle de vie à la "XP/Vista/Windows 7". Cette approche repose sur des sauts quantiques, sur une refonte plus ou moins importante de l'interface à chaque révision, sur une revérification et une requalibration des applications pour traquer les incompatibilités. A noter que Microsoft a abandonné depuis quelques années le portage d’Internet Explorer sur d’autres environnements que Windows, la responsabilité de l’exécution des applications Web sur Mac OS ou Linux reposant sur Silverlight.

Google et Mozilla sont plutôt sur une approche dite "des petits pas". Par exemple le support du VPN/Proxy dans la version de 4 Chrome, la gestion de l’authentification NTLM dans la version 5, etc.

Concernant Google, en 24 mois, celui-ci aura produit pas moins de cinq versions. La firme de Mountain View est quant à elle plutôt favorables à l'interopérabilité, c'est à dire au développement de son navigateur sur de nombreuses plateformes (Mac OS, Linux, Chrome OS, Android, …). Cette stratégie semble la plus adaptée au marché de l'internet où les révolutions technologiques se font et se défont à la vitesse du réseau.

Prenant acte de la nécessité d’accélérer le rythme de ses développements, Microsoft a adopté une nouvelle démarche avec Internet Explorer 9, la prochaine version de son navigateur attendue en 2011.

L’éditeur a diffusé deux « platform preview » du moteur de rendu d’IE9 et prévoit de continuer à diffuser de nouvelles itérations toutes les huit semaines afin de prendre en compte les feedback des testeurs et des développeurs. Si cette approche contraste avec les mises à jour très fréquentes de ses concurrents, elle présente par contre l’avantage pour l’entreprise de présenter une plateforme relativement stable sur laquelle planifier ses développements, ce qui explique en partie le décalage entre les parts de marché d’Internet Explorer dans l’entreprise et dans le grand public.

Quoi qu’il en soit, après avoir lutté pendant des années pour conquérir ce marché à Netscape, le navigateur est devenu un marché de défense pour Microsoft alors qu’il est un terrain de conquête pour ses concurrents.

La situation pourrait être affectée à terme par une possible régulation de la Commission Européenne.

Sachant que Google comme Microsoft développent à la fois les interfaces clients (lecteurs) mais aussi des services (moteurs), la commission qui a déjà à tranché pour la dissociation entre système et navigateur, pourrait peut-être un jour se prononcer pour condamner la "vente forcée" entre clients et services web s’il s’avérait que ceux-ci sont verrouillés par un même fournisseur en termes de fonctionnalités. A titre d’exemple qui n’est plus d’actualité, pendant longtemps la version web d’Outlook connue sous le nom d’OWA nécessitait l’utilisation d’Internet Explorer pour être totalement exploitée.

Stratégie liée au navigateur / client web

Prospective

Le graphique ci-dessus réalisé par Net Applications montre que toutes choses égales par ailleurs, si la tendance ne s’inverse pas, Firefox pourrait devenir le navigateur le plus utilisé d’ici quatre à cinq ans.

Il est trop tôt pour savoir si Internet Explorer 9 pourra ralentir voire inverser cette tendance mais l’histoire d’Internet Explorer 7 et d’Internet Explorer 8 montre que ces deux versions n’ont pas été en mesure de freiner le déclin des parts de marché du navigateur de Microsoft. Ceci étant, si les parts de marché globales d’Internet Explorer sont récemment passées sous les 60 %, une étude récente de zscaler montre qu’en janvier 2010, l’ensemble des version d’Internet Explorer en entreprise représentait 76.6 % des navigateurs utilisés, Firefox et Chrome ne comptant respectivement que pour 9,6 % et 1,6 %.

Quelles conséquences pour les entreprises ?

A l’horizon de quatre à cinq ans, le navigateur sera sans doute devenu la plateforme stratégique du poste client.

  • Etant donné qu’il n'existe pas de référentiel de compatibilité fourni par les éditeurs de services Web, chaque entreprise doit construire pour le moment sa matrice de compatibilité, et analyser les résultats afin de pouvoir orienter ses choix directeurs. Il s’agit de déterminer les applications Web qui verrouillent le changement et de faire pression sur les différents acteurs pour débloquer cette problématique

  • Ceci étant réalisé, il faudra réaliser vos propres tests de performances pour déterminer le client web dont vous tirerez les meilleures performances

  • La question de la sécurité dépend plus de l'incapacité de l'éditeur à fixer une faille ou des sites web externes à blacklister. En tous cas, c'est une fausse piste, sachant qu'actuellement chaque navigateur possède des failles qui lui sont propres ou liées aux composants tiers intégrés (voir par exemple une analyse de résultat sur la sécurité de vos navigateurs avec Secunia PSI).

  • Concevoir la virtualisation applicative comme une solution de rétro-compabilité d'application Web nécessitant un navigateur particulier

  • Déterminer la politique des nouveaux usages à venir (voir ci-avant) car elle sera déterminante dans le choix du futur client web de l'entreprise

  • Spécifier votre stratégie du client web dans les cahiers des charges. Aujourd'hui, elle prévaut autant et demain sinon encore plus que le système d'exploitation client utilisé


Auteur :
L'équipe ORENTIS

Devis réseau informatique
S'informer Comparer Décider
S'informer Comparer Décider
Powered by Prestataires.com
Powered by Prestataires.com