La pénurie d’adresse IPv4 : une réalité


Pour communiquer entre elles, chaque machine exposée sur internet dispose d’une adresse, qui se doit d’être unique.

Une adresse IPv4 est codée sur 32 bits soit un maximum de 2^32 combinaisons ou l’équivalent d’un peu plus de 4 milliards d’adresses différentes.

Aujourd’hui, de plus en plus de périphériques se connectent à Internet (ordinateurs domestiques, serveurs, tablettes, smartphone...). De nombreux pays émergeant comme la Chine ou l’Inde consomment à un rythme effréné de nouvelles adresses tous les jours.

Comparez 5 devis réseau informatique

Le NAT : une solution tampon

Pour pallier ce problème d’adressage limité, une « rustine » a été mise en place : le NAT.

La technique de translation d’adresse (Network Address Translation) permet de masquer une IP privée (non visible sur Internet et donc potentiellement en doublons chez d’autres clients/particuliers) derrière une adresse IP publique.

Le NAT, même s’il permet de pallier cette difficulté majeure, apporte également son lot de problèmes sur de nombreux protocoles de communications. On trouve parmi eux les protocoles de P2P, de visioconférence ou de téléphonie sur IP, mais pas seulement. Bien sûr il existe encore des contournements (utilisation de proxy, STUN…) mais cela pose inévitablement des problèmes de ressource et d’administration, et complexifie l’écosystème.

La réponse IPv6

IPv6 permet d’utiliser des adresses non plus sur 32 bits mais sur 64 bits. Par conséquent l’espace d’adressage est de 2^64. Tout équipement réseau, présent et futur, pourrait être raccordé nativement au réseau public Internet.

Quid de l’avenir proche ?

Les opérateurs ne pourront plus attribuer d’adresse IP publiques en IPv4. Il faudra utiliser des tunnels 6to4 (IPv6 vers IPv4) pour acheminer le trafic. D’énormes serveurs de NAT seront alors utilisés pour assurer la connectivité entre l’ancien monde et le nouveau.

L’enjeu pour les entreprises

Rendre compatible vos services Web avec l’IPv6 vous garantit de conserver une qualité de service optimum pour vos clients présents et futurs. C’est également l’opportunité d’offrir à vos clients l’image d’une entreprise soucieuse de leur satisfaction et à l’écoute des technologies.

Enfin, selon le type de services que vous proposez, ce passage sera indispensable à court terme au risque de vous priver de la connectivité avec une partie de vos (nouveaux) clients.

Techniquement, quels sont les impacts pour mon infrastructure ?

Pour labelliser son service Web IPv6 Ready, il faut valider la chaîne. Cela comprend :
  • La prise en charge des champs AAAA dans vos serveurs DNS externes
  • L’utilisation d’un opérateur de transit IP capable de vous fournir au minimum un /64 en IPv6
  • L’utilisation de frontaux (Firewall, Loadbalancers et/ou Webservers) capables d’alimenter le service en double pile comme évoqué précédemment


Auteur :
Frédéric ATLAN


Image

Devis réseau informatique
  Envoyer à des amis  |  
S'informer Comparer Décider
S'informer Comparer Décider
Powered by Prestataires.com
Powered by Prestataires.com